MUSIQUE - LE CHOIX DES DISQUAIRES

Notre sélection CD/vinyles du mois.

  • J.T.

    Steve Earle, The Dukes

    • 19 Mars 2021
  • We are

    Jon Batiste

    • 19 Mars 2021

    Jon Batiste présente son 4e album chez Verve Records : " We Are ".
    Après avoir composé de la magnifique BO de Soul, le dernier film d'animation signé Pixar, le multi-instrumentiste de renommée mondiale pour ses apparitions dans le Talk-Show " Stephen Colbert " dévoile ici un album puissant et universel. C'est un nouveau chapitre musical profondément ancré dans l'actualité qu'il ouvre avec cet opus, puisant dans une multitude de genres différents, prenant son inspiration dans le Gospel, le Funk le R&B et bien sûr le Jazz. Il y aborde les thèmes qui lui sont chers, développant son engagement sur la cause noire aux États-Unis au travers de son expérience entre la Nouvelle-Orléans et New York. Il s'entoure sur " We Are " d'un impressionnant casting de musiciens avec Mavis Staples, Quincy Jones, Zadie Smith, PJ Morton, Trombone Shorty...
    Jon Batiste livre l'album de la maturité, qui plus que jamais atteint son but : utiliser la musique pour rendre le monde meilleur.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Rorschach test

    Jay-Jay Johanson

    • 26 Mars 2021

    Rorschach Test est le nouvel opus du crooner trip-hop suédois Jay-Jay Johanson, acclamé et reconnu comme un des artistes les plus remarquables de sa génération. Sa voix et son univers immédiatement reconnaissables font de lui une figure légendaire depuis la fin des années 90 au sein du paysage musical international. Avec son treizième album, JayJay réussit à nouveau à saisir et offrir le magique en chaque chanson. Du récit de "Romeo", le carpe diem de "Why Wait Un2l Tomorrow" à "Cheetah". L’évidence d’être toujours au sommet de son inspiration.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le pollen

    Pierre Barouh

    • 5 Mars 2021

    We Release What The Fuck We Want est très heureux d'annoncer la réédition officielle du flair français difficile à
    décrire mais facile à apprécier de Pierre Barouh avec Le Pollen, trésor perdu de l'avant-garde japonaise. Enregistré à
    l'origine en juillet 1982 au Nippon Columbia Studio à Tokyo et composé, arrangé et joué par un who's who des
    musiciens les plus révolutionnaires du Japon des années 80, l'album se présente sous la forme d'un LP avec en bonus
    un 45 tours.
    Voyageur du monde, libre d'esprit avec une oreille incroyable, le chanteur et activiste parisien Pierre Barouh a introduit
    les sons du Brésil (et plus) en Europe et a repoussé les limites avec son label pionnier Saravah, patrie des innovateurs
    aventureux tels que Brigitte Fontaine, Areski, Jacques Higelin, Naná Vasconcelos et la Catharsis de Roland Bocquet
    parmi tant d'autres. Sa vision bohémienne et sans frontières de la chanson moderne, mêlant tradition musicale de
    diverses parties du globe à un art tourné vers l'avenir, a particulièrement bien résonné au Japon, où la scène dirigée
    par Yellow Magic Orchestra est tombée amoureuse de tout ce qui est Barouh.
    C'est ainsi qu'un jour de 1981, Pierre Barouh a reçu une invitation d'un label japonais à venir enregistrer un album à
    Tokyo. Pas du genre à refuser une escapade autour du monde, le visionnaire français a sauté dans un avion et a atterri
    dans un studio entouré d'un line-up de rêve de musiciens: Yukihiro Takahashi (qui avait nommé son premier solo
    Saravah! D'après l'empreinte de Barouh) et Ryuichi Sakamoto de YMO, Yasuaki Shimizu et ses camarades de groupe
    Mariah Masanori Sasaji et Hideo Yamaki, membres des Moonriders, Motohiko Hamase, Mitsuru Sawamura,
    Kazuhiko Katoh et la liste est longue. Le collaborateur de longue date Francis Lai et le mystérieux David Sylvain ont
    également participé à la réalisation de l'album. Le résultat est un mélange sincère et affectueux de nouvelles chansons
    pop, post-punk, jazz, bossa, ambient et minimalistes... Impossible à classer dans un genre particulier, le fascinant
    melting-pot cosmopolite de la musique de Pierre Barouh est avant tout une ode rassurante à l’humanité, où l’amitié, l’
    échange et la créativité collaborative jaillissent librement.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Palais d'argile

    Feu! Chatterton

    • 12 Mars 2021

    Après deux disques d'or et deux nominations aux Victoires de la musique, Feu! Chatterton est de retour avec son nouvel album : Palais d'argile, grandiose fresque cyberpunk pour les temps confinés.
    C'est un space opera, un film choral ; une galerie de mystérieux personnages qui apparaissent et disparaissent dans les limbes du récit. Ici un musicien raté (Compagnons), là un cyborg androgyne (Avant qu'il n'y ait le monde), ailleurs un fauve énigmatique (Panthère). On en appelle aux éléments, à L'Eau (La Mer), au Feu (L'Homme qui vient), à Dieu lui-même (Cantique).
    L'album a été entièrement réalisé par Arnaud Rebotini, grand nom de la scène électronique française et producteur césarisé pour la bande originale du film 120 battements par minute.
    />

    Ajouter au panier
    En stock
  • Après Norman Fucking Rockwell, nommé album de l'année aux Grammy Awards et album le plus acclamé par la critique en 2019 selon BBC, Lana Del Rey officialise la sortie de son septième album studio " Chemtrails Over The Country Club " pour le 5 mars 2021. On retrouvera aux commandes de l'album Jack Antonoff qui avait déjà produit son précédent album qui est certifié OR en France. Dans cet opus, l'envoutante Lana Del Rey proposera des sonorités surprenantes, jamais explorées dans sa discographie, flirtant avec le folk, comme elle l'avait promis à ses fans sur les réseaux sociaux. Il comprendra l'extrait déjà dévoilé " Let Me Love You Like A Woman ".

    Ajouter au panier
    En stock
  • McCartney III

    Paul Mccartney

    • 18 Décembre 2020

    Paul n'avait pas prévu de sortir un album en 2020, mais dans l'isolement de "Rockdown", il s'est vite retrouvé à étoffer quelques morceaux musicaux existants et à en créer encore plus de nouveaux. Une collection éclectique de chansons spontanées deviendra McCartney III: une oeuvre dépouillée, autoproduite et, littéralement, solo marquant l'ouverture d'une nouvelle décennie, dans la tradition de McCartney des années 1970 et de McCartney II des années 1980. Enregistré début 2021 à Sussex, McCartney III s'est principalement construit à partir de prises en direct de Paul au chant et à la guitare ou au piano, en ajoutant sa basse, sa batterie, etc. au sommet de cette fondation.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Deux amants sont subitement frappés par la mort. Une fois arrivé dans les bas-fonds, le couple se voit condamné à l’amour éternel. Quel meilleur moyen de combattre l’ennui et la monotonie des promesses éternelles qu’une célébration de l’amour en musique ? À partir de chansons qu’ils chantaient ensemble dans une autre vie et de nouveaux morceaux inspirés par les inépuisables couloirs de l’enfer, Marie Modiano et Peter von Poehl réinventent le conte de fées romantique, immortalisant comme jamais le pacte de l’amour. Créé à l’occasion d’une résidence au Centre Pompidou, à Paris, qui a donné lieu à un concert le 7 décembre 2019, Songs From The Other Side est le premier album en commun de Marie Modiano et Peter von Poehl qui forment l’un des duo les plus précieux du paysage musical de ces quinze dernières années. Pour l’occasion, ils ont choisi de se réapproprier certaines de leurs love songs préférées, dont le standard "Somewhere" écrit par la paire BernsteinSondheim pour West Side Story ou le classique de Stevie Wonder "I Believe (When I Fall In Love It Will Be Forever)" mais aussi des chansons pop chères à leur coeur telles que "Dead Melodies" de Beck ou "One Love/People Get Ready" de Bob Marley. Interprété façon Gothic Americana, porté par de superbes arrangements et agrémenté de compositions originales - dont le superbe "A Song From The Other Side", qui rejoint les plus beaux duos enregistrés par Modiano et von Poehl au fil des années - ce répertoire dessine un double autoportrait musical, à la fois très intime et à la portée universelle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le 16 mars 2020, Terry Cole, à la tête du label Colemine Records et de Karma Chief, doit se résoudre à baisser le rideau de sa vitrine alors que la réalité d'une pandémie mondiale commençait à se propager dans le Midwest. Personne ne savait quel serait l'impact que cela allait avoir sur la boutique, le label, ou les artistes représentés. Ils considéraient avoir de la chance que les membres de leurs familles soient en sécurité et en bonne santé. Cependant, les moyens de subsistance de bon nombre de leurs amis, collaborateurs et artistes ont été considérablement et immédiatement affectés. Aucune tournée, aucun concert, aucun disquaire ouvert, aucune usine de pressage en activité... Et alors que le niveau d'incertitude était déconcertant, de cette incertitude est venue l'idée de Brighter Days Ahead. Le label voulait continuer à sortir de la musique, mais tenir le calendrier des sorties 2020 semblait mal avisé. L'idée a donc été de sortir chaque semaine des morceaux des artistes du label. En tant que famille de musiciens, ça permettait de faire la lumière sur un artiste différent chaque semaine. La force dans le nombre ! C’est ce que Colemine Records a fait tout au long de l'été et jusqu'à l'automne. Le label a sorti plusieurs dizaines de morceaux et les annonces hebdomadaires ont suscité un fort sentiment de communauté pour les artistes et les fans. La compilation Brighter Days Ahead est le brillant résultat de cette aventure, une bouffée d’oxygène bienvenue. On y trouve 22 morceaux des artistes de Colemine Records et Karma Chief dont Ikebe Shakedown, GA-20, Neal Francis, Jr. Thomas & The Volcanos, Ghost Funk Orchestra, Thee Sinseers, Rudy De Anda, The Gabbard Brothers, Dojo Cuts et beaucoup plus !

  • Let my people go

    Archie Shepp, Jason Moran

    • 5 Février 2021

    L'ÉVÈNEMENT JAZZ: LE NOUVEL ALBUM DE LA LÉGENDE VIVANTE DU JAZZ.
    Archie Shepp & Jason Moran : il y a des rencontres qui révèlent comme un fil de trame dans l'histoire de la musique. Des résonances jusqu'ici presque imperceptibles, et qui soudain s'entendent clairement.
    En Europe, nombreux sont ceux qui ont découvert Jason Moran au côté de Charles Lloyd, en quartet, ou dans un bouleversant duo. Lloyd et Shepp, peut-être les plus dissemblables et les plus complémentaires des quatre grands héritiers directs de Coltrane au saxophone - avec Shorter et Sanders - se trouvent ainsi rapprochés par le grand art du pianiste, toujours à l'écoute, toujours inventif. Note après note, celui qui s'est révélé ces vingt dernières années comme l'un des musiciens essentiels - et l'un des plus originaux - du jazz contemporain, pose à ses aînés des questions profondes, mettant en évidence leurs places singulières et essentielles dans l'histoire des musiques afro-américaines. Pour Archie Shepp, ce duo avec un pianiste s'inscrit dans une longue et brillante série ( Abdullah Ibrahim, Siegfried Kessler, Joachim Kühn...), mais plus qu'à tout autre, on pense à ceux avec Mal Waldron d'une part, puissante, irrésistible évocation de Billie Holiday, et avec Horace Parlan de l'autre (Going Home, chef d'oeuvre absolu empreint lui aussi de Negro Spirituals).
    « Archie Shepp a largement contribué tant à la diffusion du jazz qu'à son invention. Une légende vivante. » --- FRANCE CULTURE ---.

    « Archie Shepp est avec Sonny Rollins, l'un des meilleurs interprètes du jazz ayant, pour sa part, disposé sa sensibilité libertaire au recueil et à la comparution de l’entier de cette musique autant qu'à son invention. » --- JAZZ MAGAZINE ---.

    « Quatre mains, deux instruments, une déclaration commune: Shepp a trouvé un moyen d'exceller constamment dans cet espace, dans la prise de parole comme dans l'écoute. Ce qui importe avant tout ici c'est l'intensité de l'interaction entre les deux voix, comment le dialogue se déploie. Et dans toutes ces rencontres, Shepp a su le magnifier: développant ces conversations avec juste ce qu'il faut de force et de liberté. » --- ASHLEY KAHN ---.

    « Toute l'oeuvre d'Archie Shepp est acte de mémoire. La décision artistique est intimement liée à cette exigence. L'improvisation, qui décide des formes de l'idiome, toujours singularisé, se double d'une inscription dans le tissu d'une mémoire collective, celle de l'événement fondateur de l'histoire des Africains-Américains : la déportation, l'esclavage, la ségrégation. Cette mémoire, portée par les blues, Archie Shepp en est le passeur autant que le témoin. » --- FRANCE CULTURE ---.

    Ajouter au panier
    En stock
empty