• L'album de sa vie

    Serge Gainsbourg

    Ajouter au panier
    En stock
  • 100% Reggae, enregistré par Gainsbourg à Kingston, avec des pointures comme Sly & Robbie et les I three de Rita Marley, cet album est son plus gros coup de ré-interprétation d'un genre. Succès énorme (enfin), il donnera à son auteur une nouvelle aura auprès de la jeunesse ainsi qu'un nouvel élan à ses prestations scéniques.

    En rupture avec ses concept-album de la décennie 70, il est certainement moins développé musicalement, même si son reggae est d'excellente facture. Mais le décalage des talk-over en français et du groove jamaïquain crée ici une ambiance de désinvolture géniale.

    Désinvolte, mais oh combien subversive, cette reprise de "La Marseillaise" en reggae qui fera couler tant d'encre. Ici Gainsbourg joue la surenchère de son image "sale et pas rasé" qu'une certaine partie de la France lui colle à la peau, et çà donne "Eau et gaz à tous les étages", "Les locataires" ou "Des laids des laids". Il se la joue faussement voyou, avec une pointe de javanais, parlant pour la première fois de drogue ("Brigade des stups") ou de castagne ("Relax baby be cool"), mais c'est sans y toucher et juste pour ajouter de petites touches impressionnistes à un album entièrement dédié à lui refaire le portrait.

    Reprise d'un titre américain "You rascal you" déjà sorti en France en 51 et que Gainsbourg ré-interprétera plus tard en version jazz big band avec Eddy Mitchell. Sexe toujours, mais sans l'innocence des lolitas et avec la métaphore plus explicite dans "Lola rastaquouère" (encore qu'on "décolle en vibrant vers les cieux africains" tout comme pour un "Transit à Marilou"). Et puis, à 51 ans, le temps est compté, Gainsbourg pas encore Gainsbarre ne fera plus "long feu" ici. Enfin (autre référence à "L'homme à la tête de chou") la logique reprise du morceau qui a inspiré cette nouvelle orientation reggae avec "Marilou reggae dub".

    Les vers, ici moins ciselés, frappent plutôt par ces petites saynètes qu'ils suggèrent avec humour et décalage cool. Le tout toujours extrêmement équilibré fait passer totalement inaperçu le côté répétitif du reggae : l'album le plus "sympa" de Gainsbourg.

    Paula Haddad - Copyright 2017 Music Story

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ajouter au panier
    En stock
  • Best of

    Serge Gainsbourg

    Ajouter au panier
    En stock
  • Gainsbourg a enregistré son treizième album 'Aux armes et cætera' à Kingston en janvier 1979, accompagné par l'équipe de Sly & Robbie, la section rythmique la plus en vue de la Jamaïque. Ce disque, 100% reggae, apporte enfin à Gainsbourg un large succès : Aux armes et cætera atteint les hauteurs des classements et s'écoule à deux-cent mille exemplaires en moins de deux mois. Encouragée par le plébiscite d'un public rajeuni, une série de concerts est programmée pour la fin de l'année. Les musiciens jamaïcains d'Aux armes et cætera sont rappelés pour l'occasion. Entre-temps, les ventes de l'album ont dépassé les quatre-cent mille exemplaires.
    Le programme des concerts se compose des titres de l'album 'Aux armes et cætera', complété par trois anciennes chansons réorchestrées pour l'occasion : " Docteur Jekyll et Monsieur Hyde ", " Harley Davidson " et " Bonnie and Clyde ".
    Au total, treize concerts seront donnés au Palace. Étalées sur trois soirs, les 26, 27 et 28 décembre 1979, les prises de son sont effectuées sur bande 24-pistes.
    L'enregistrement a été entièrement remixé et remasterisé, pour la première fois, le concert est présenté ici dans son intégralité et sa continuité avec en plus, comme dans le montage de 2005, l'alternative de setlist (la Jam instrumentale jouée le 28 décembre ET la reprise de " Lola Rastaquouère " issue du concert de la veille). Le nettoyage piste par piste des bandes a permis de gagner en netteté de façon significative, tout en conservant tout le spectre des fréquences sur la voix de Gainsbourg. Un minutieux travail de restauration sonore a également permis de sauver de l'oubli deux prises inédites de haut vol : " Daisy Temple " et " Docteur Jekyll et Monsieur Hyde ".
    L'Enregistrement public au Théâtre Le Palace est, quarante ans après les concerts, le témoignage unique de la résurrection scénique de Gainsbourg, porté par un groupe de légende au sommet de sa créativité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Réparti sur 3 CDs, ce recueil de 59 titres, composé d'une sélection de titres de Gainsbourg (dont de nombreuses versions inédites et exclusives), de chansons d'interprètes et d'un volume consacré aux musiques de films est le complément audio des 450 pages du Gainsbook, disponible en librairie à partir du 17 octobre. Fruit de plus de vingt ans d'enquête et d'une soixante d'entretiens réunissant les arrangeurs historiques de Serge Gainsbourg, ses ingénieurs du son et ses musiciens de séances, cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur un répertoire de dimension désormais internationale.
    Au cours des années 1970, une nouvelle lignée d'hommes de l'ombre tous terrains, britanniques cette fois, brille sur la prise complète de 'Melody' (sous la conduite de Jean-Claude Vannier) et la version instrumentale (totalement inédite) de 'L'Homme à tête de chou'. Sur ce morceau de choix, Alan Parker harmonise ses guitares en droite lignée du Rock'n'Roll Animal de Lou Reed avec les claviers prog de l'arrangeur Alan Hawkshaw. Point culminant de cette séquence sans paroles : les douze minutes cosmiques du play-back de 'Lola Rastaquouère', expédiées en une seule prise dans la stratosphère depuis Kingston par les légendaires rythmiciens du reggae Sly Dunbar et Robbie Shakespeare. Wicked ! Passionnante de bout en bout, l'exploration des bandes multipistes contient son lot de surprises : ici une rime expurgée de 'L'ami Caouette', là un édifiant « faut que ça soit désinvolte » émis par Gainsbourg en amorce de 'S.S In Uruguay', comme pour souligner le second degré de Rock Around the Bunker. Quelques râles de plaisir coupés au montage de Brigitte Bardot sur le 'Je t'aime moi non plus' original, millésime 67, sont aussi offerts aux oreilles averties... Les subtilités du mixage sont également au rendez-vous, qu'elles subliment les drones de sitar sur le traitement londonien de 'Torrey Canyon' par Giorgio Gomelsky ou valident l'expertise disco-funk de Jean-Pierre Sabar et ses équipiers sur la bande-son du sulfureux Madame Claude.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ajouter au panier
    En stock
  • Integrale studio

    Serge Gainsbourg

    20CD Intégrale des enregistrements studio 1958-1987

    La 1ère publication de cette intégrale fût immédiatement en rupture de stock après sa sortie.

    Elle regroupe toute la discographie studio accompagnée d'une sélection de chansons et de musiques de film ainsi que des perles en provenance des archives INA et EUROPE 1.

    - 17 CD couvrant l'intégralité du répertoire de Serge Gainsbourg
    - 2 CD chansons et musiques de film
    - 1 CD consacré aux archives télé / radio INA et Europe 1

    Ajouter au panier
    En stock
  • Love on the beat

    Serge Gainsbourg

    "Mercury Falling" est le cinquième album de Sting, enregistré en studio et paru originellement début 1996 : beaucoup moins pop que l'opus précédent, "Mercury Falling" se veut aussi plus mature et posé... Inclus notamment le single « Hounds of Winter »

    Ajouter au panier
    En stock
  • Madame Claude

    Serge Gainsbourg

    Signée par Serge Gainsbourg, la bande originale totalement disco-funk de ce film sorti sur les écrans en 1977 est sublimée par l’immense arrangeur Jean-Pierre Sabar, avec notamment Marcel Azzola au bandonéon sur 'Mi Corasong', sans oublier la chanson générique de Madame Claude 'Yesterday, Yes a Day' interprétée par Jane Birkin.
    ?Réalisé par Just Jaeckin, le créateur d’Emmanuelle, avec dans le rôle principal Françoise Fabian, Madame Claude s’inspire des mémoires romancées de Fernande Grudet, la sulfureuse instigatrice du plus célèbre réseau de prostitution de luxe de la France pompidolienne.

    Ajouter au panier
    En stock
  • N°4

    Serge Gainsbourg

    La discographie originale d'un des plus grands artistes de la Chanson fait peau neuve

    Un son retravaillé à partir des bandes master originales
    De nouvelles éditions incluant des titres bonus

    Voucher de téléchargement.

  • Une publication exceptionnelle dans Écoutez le cinéma ! Le Cinéma de Serge Gainsbourg version 2015, revue et augmentée coffret capbox 5CD / 6h de musique.


    Publication phare de la collection Ecoutez le cinéma ! à l'automne 2001, le long-box Le Cinéma de Serge Gainsbourg trouve une nouvelle jeunesse à travers le présent coffret, déclinaison revue, augmentée et enrichie via deux CD additionnels.
    Plus complet, plus précis, il offre un panorama élargi, renouvelé des rapports entre Gainsbourg et l'écriture pour le cinéma.
    Intégrant notamment des extraits des bandes masters exhumées dans l'intervalle : Manon 70, Le Jardinier d'Argenteuil, Le Pacha, L'Une et l'autre, La Horse, Slogan et même Equateur et Mode en France, spécialement remixées pour l'occasion.

    Entre deux standards objectifs, disons L'Eau à la bouche et Requiem pour un con, c'est aussi l'occasion de redécouvrir La Fille qui fait tchic-ti-tchic, joyau pop interprété par Michèle Mercier.
    Sans oublier, pour injecter du présent, les relectures de La Horse par Marathon Men's et des Chemins de Katmandou par Fred Pallem, bande très originale à redécouvrir, Himalaya méconnu de la période Jean-Claude Vannier.

    Livret 44 pages, texte et interviews avec Jane Birkin, Bertrand Blier, Georges Lautner et Pierre Granier-Deferre

  • Ça vous a plu, vous en demandez encore ?
    Dans ce deuxième volume de la collection En studio avec Serge Gainsbourg, les auteurs du Gainsbook poursuivent leur exploration des archives Gainsbourgeoises avec 13 titres rares et inédits. Jamais parue en vinyle, cette nouvelle sélection met à l'honneur les arrangements luxuriants d'Alain Goraguer dans Milena - un extrait oublié de la BO de L'Eau à la bouche - et la version instrumentale de Machins choses, où s'illustre un certain Michel Portal. Le canevas original de Je t'aime moi non plus (version BB, orchestrée par Michel Colombier) et les sitars carillonnants d'un Torrey Canyon mixé par Giorgio Gomelsky sont entourés du rare duo Les Papillons noirs (chanté avec Michèle Arnaud) et de la prise complète de Jean-Luc Ponty, au violon électrique, sur En Melody. Deux bonus exclusifs : les stupéfiants playbacks instrumentaux de Panpan cucul et du reggae Made in France Goodbye Emmanuelle, orchestré par Jean-Pierre Sabar.
    À nouveau, entrez en cabine et découvrez ce que Serge Gainsbourg entendait dans son casque.


  • La B.O. de Goodbye Emmanuelle est parue en octobre 1977 sous la forme d’un 33 tours de neuf titres réservé au marché asiatique (Japon et Hong Kong). Enrichi de deux titres bonus, ce LP rarissime est enfin disponible en France .
    'Quand je pense que j'ai refusé le premier, quelle inconscience !' C’est en ces termes que Serge Gainsbourg exprime, en 1977, sa joie de voir ses talents de compositeur enfin associés aux aventures d’Emmanuelle, incarnée à l’écran par la sensuelle Sylvia Kristel. Longtemps, il s’était mordu les doigts d’avoir décliné l'offre de composer la bande originale du premier volet de la saga érotique. En France, seul un 45 tours est paru Chez Philips en 1977 , regroupant la chanson 'Goodbye Emmanuelle' et l'instrumental 'Emmanuelle and the Sea'.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Retrouvez ces enregistrements inédits de Serge Gainsbourg en vinyle de couleur rose
    En 1964 et 1966, lorsque Serge Gainsbourg participe à deux enregistrements publics à la Maison de la Radio, il
    est incontestablement la star de la soirée. S'achève alors, selon ses propres mots, sa « période bleue », entre
    chanson rive-gauche, influences du jazz et rythmes exotiques. Il est le maître du clair-obscur et du double sens,
    poète à l'ironie mordante. Dans ces huit chansons émouvantes, seul au piano ou accompagné d'une guitare et
    d'une contrebasse, Gainsbourg endosse le rôle de l'amoureux déçu comme du cynique désabusé. Ces
    enregistrements inédits sont un parfait condensé de la première décennie de sa carrière. Retrouvez ces inédits
    en vinyle, sur un disque rose.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Voici une belle traversée de la carrière du grand Serge dans un coffret proposant 14 albums originaux réunis en 12 CD, soit l'essentiel des albums studios.

    Ajouter au panier
    En stock
empty